Comment la photographie transmet-elle l’âme de votre entreprise5 min

Si vous sentez venir le titre pompeux, ne vous méprenez pas ! Je vais vous parler d’expériences et de situations où la photographie a aidé une entreprise, nos clients, à transmettre son âme au public.
En tant que photographe et styliste culinaire, je réalise avec mon épouse, Natalie Martin, des reportages d’entreprises ainsi que des photographies publicitaires. Notre travail consiste à saisir l’âme d’un produit, d’un restaurant, d’une entreprise. Présenter une quincaillerie, un atelier de fabrication de prothèses, un nouveau produit food ou un restaurant n’est pas du tout la même chose, c’est même radicalement opposé. Mais pourtant, il y a un lien commun : la passion qui lie l’entrepreneur à son entreprise. Personne ne monte vraiment une boite en trainant les pieds, ne fait vivre un restaurant en s’ennuyant chaque matin.
nbphoto-d14092016-0002
Saisir les détails
Un photographe professionnel n’est pas juste une personne qui appuie sur le bouton, que vous guidez avec une liste de choses à faire. Un photographe, une photographe en l’occurrence, c’est avant tout une artiste et une technicienne. La technique pour savoir quel réglage appliquer sur l’appareil, et l’artiste pour savoir rendre tout ce qu’on ne peut pas sentir dans une image en image. Un plat qui mijote aura plusieurs paramètres pour nous donner envie de le manger : odeur, couleur, bruit, et enfin visuel. Représenter tout ça dans une photo, tel est notre défi et notre métier. Pour réussir à faire cela, que l’on fasse du studio, précis et délicat, lent et composé ou du reportage, vif et improvisé, l’œil du photographe ne s’acquiert que par de longues pratiques et de la formation ou de l’autoformation en continu. Ce « tout » va donner aux images que vous commandez un rendu particulier, celui de l’âme de votre entreprise, que vous soyez un artisan, un chef, une usine, peu importe.
nbfood-b-9947
Le prix
Je vais parler d’argent, n’est-ce pas indécent ? Bien sûr que non ! Il faut en parler, trop de clients sont timides et ont des préjugés sur la photographie, écoutent leurs graphistes leur promettre que «la photo de stock c’est mieux et c’est moins cher» que «n’importe qui peut faire de la photo». Oui c’est vrai, n’importe qui peut faire de la photographie. Mais pas n’importe comment. Y a-t-il des règles ? Oui, une seule : la passion du métier. Un ou une photographe passionné(e) saura tout imaginer pour obtenir le rendu voulu, et plus encore. Définir un cadre pour le photographe que vous engagez vous assure d’avoir ce que vous souhaitez, mais surtout ne lui imposez pas de rails trop longs, sinon vous risquez d’être déçu.
Alors quand vous planifiez vos budgets, n’oubliez pas de planifier la photographie. Un reportage d’entreprise coute en gros, si on cherche un peu sur le Net, un peu moins de 1000 €, on coupe déjà le prix en deux, on déduit le déplacement, le matériel, la recherche avant la prise de vue, et on obtient un taux horaire quasiment égal à celui d’un employé. Mais de l’autre côté, vous obtenez des images uniques, qui sont le vrai reflet de votre âme, vos clients ne s’y trompent pas. Quoi de plus impersonnel qu’un groupe souriant aux dents blanches sur une page web, ce n’est pas votre entreprise.
nbphoto-d14092014-00041
Votre entreprise mérite des photos artistiques et techniques, l’un ne va pas sans l’autre. Elle mérite aussi un instant d’arrêt pour l’improvisation, il se passe quelque chose là, hop, une photo, ce n’était pas prévu, c’est mieux encore. L’action, le travail, un fruit, la fabrication, une machine, un détail, une lumière, voilà tout ce que va prendre en compte l’œil du photographe professionnel en une fraction de seconde, en un clic de déclenchement.
Lancez-vous
Opter pour un travail personnalisé ne peut être qu’une bonne chose, vous n’êtes pas n’importe qui, vous n’avez pas besoin des mêmes images que tout le monde.
Cas vécus
Une dame qui tient un magasin de confection/couture à Mons, en Belgique, tenait absolument à ranger son atelier de couture, ranger les bobines et tout astiquer, nous lui avons déconseillé, le désordre magique que créait cet endroit permettait de saisir l’âme d’un magasin vieux de 100 ans.
Le patron d’une quincaillerie de La Louvière, en Belgique, nous a dit : «Vous n’aurez rien grand-chose à photographier ici » nous avons remis plus d’une centaine d’images: outils, vis, boulons, vues d’ensemble, détails, portraits, personnes au travail. Un œil neuf verra forcément ce que la routine fait oublier.
nbphoto-d23102014-0002
Avec une société à la pointe de la prothèse orthopédique, le défi était de mettre en valeur la technique pour convaincre les équipes médicales, et créer des images qui rassurent les patients, qui ont besoin de beaucoup d’attention. Réaliser des portraits les mettant en scène leur a donné un sentiment de fierté, et nos images ont permis de faire le lien entre les trois mondes : le patient, la médecine, et la technologie.
nbphoto-d17022016-0003
Sans compter que chaque chef que nous rencontrons travaille dans un endroit qu’il a façonné, créé, imaginé. Sa cuisine reflète son âme, et une photo personnalisée s’impose, tout autant que notre écoute très attentive sur son histoire, qu’il faut découvrir, deviner et parfois même imaginer.
nbphoto-d20082016-0013
Bérénice et Nathalie MARTIN
www.photoculinaire.be
+32 499 62 62 78
info@photoculinaire.be

Leave a Comment