Accueil > Expertise Digitale > Mais qu’est-ce qu’apprivoiser ?
Mais qu’est-ce qu’apprivoiser ?

Mais qu’est-ce qu’apprivoiser ?

 

Mais qu’est-ce qu’apprivoiser ?

1

Cette phrase résume à elle seule l’essence des relations humaines : l’affectif et l’émotionnel. Toucher les sphères émotionnelles afin de créer du lien affectif, sous réserve que le rationnel soit suffisamment à la hauteur de cette promesse. C’est un peu comme lorsqu’on tombe amoureux : personne n’est jamais tombé amoureux (d’ailleurs on dit “tomber”) d’une liste d’arguments mais c’est la promesse qui vous émeut et titille vos hormones. C’est cette même promesse qui fait que vous ne voyez pas forcément clair, cette même sensation qui libère une hormone qui distord la réalité.

En revanche, si le quotidien, le rationnel, ne rejoint pas l’émotionnel, on a ce qu’on appelle une rupture. Les hormones qui embellissent tout se font la malle et là, c’est le drame … ou pas.

Le storytelling, c’est à peu près ça : créer une relation affective avec votre audience afin d’être présent dans son quotidien avec votre rationnel, vos produits, soit votre business.

Comment ça marche ?

Pas de recette miracle à vous donner, car comme toutes les meilleures recettes, celles où vous laissez parler vos guts sont les plus réussies, tout en respectant une liste d’ingrédients de base.

Votre base : une bonne histoire et une bonne communauté ; tout en construisant un lien évident avec notre marque.

Pourquoi ? Une marque qui a trouvé son rôle sociétal, son « pourquoi » (ce qui signifie dépasser son « comment ») va créer naturellement son histoire et surtout créer des liens.

Sans mentir, si le ramage de votre marque se rapporte à son plumage, votre marque sera le phénix du haut de ses bois…

Tout dépend de ce que vous y mettez. Je ne vais pas vous ressortir le coup du content héros, hygiène, blablabla.

Ce qui compte ? Ce que vous partagez, mais dans le sens étymologique du partage. Ce que vous y mettez de vous-même. Si vous proposez à votre audience un contenu qui se fera apprivoiser, qui saura les toucher, alors votre contenu sera unique au monde … Ce qui signifie que vous considérez également votre audience comme unique au monde. On se rappelle donc qu’on parle de personne à personne et non de marque à cible…

Mais alors, quel contenu plaît ? Saupoudrez ces 5 conseils des trends 2016 pour optimiser le succès de vos contenus.

  1. Immergez : Un peu comme au ciné. Votre film favori sort, vous voyez sa bande annonce sur YouTube ? Vous appelez ça un trailer. Vous serez exposés à plusieurs sortes de contenus différents via différents canaux mais vous n’appellerez pas ça de la pub. Pourquoi ? Parce que vous aimez cette histoire, vous adhérez. Vous ne vous sentez pas oppressés, cette histoire vous parle, et même, vous en redemandez, encore et encore.

2

  1. Expérimentez : Oubliez les touchpoints, pensez à toucher pour de vrai en offrant des expériences afin de créer des souvenirs affectifs. Apprivoisez IRL, car n’oubliez pas, le réel est une plateforme au même titre que le digital ou le gaming. Offrez du live, du vrai, du pas léché, pas Photoshopé. Montrez que vous jouez le jeu du non coupé/non retouché/non corporatisé : vous lâchez prise sur votre perfection (perfection is boring, So 2000…) et soyez vrais.

 

  1. Construisez des ponts : Les liens se tissent entre personnes, entre endroits, entre contenus, entre apprentissages. Rien n’est exclusif, tout est inclusif. Créez du lien entre digital et réalité, augmentez le pouvoir du réel avec votre technologie, humanisez votre contenu digital en y faisant intervenir de vraies personnes. Emmenez-les en voyage à l’autre bout de la terre, au soleil, sur une plage, alors qu’ils sont sous la pluie en plein hiver, ajoutez une dimension pour les emmener là où ils n’étaient encore jamais allés.

 

  1. Communautarisez : Utilisez le besoin de base, le besoin d’appartenir à une communauté. Des personnes, des êtres humains, avec qui d’autres personnes partagent les mêmes intérêts, la même passion. Un socle commun, mais relayé par les bonnes personnes. Tout pays a besoin d’un ambassadeur, d’un consul, d’une force diplomatique, d’un office de tourisme. N’oubliez pas que dans social content, il y a social.
  2. Think data : L’intuitif, le vrai, l’histoire, sont cruciaux. Basez-vous sur les datas pour déterminer qui, quoi, comment. Tout est traçable, tout est retrouvable, tout est spot-able. Quelles habitudes, comment, où, quel montant, quels leviers, mesurer, utiliser les bons KPI’s : pas question ici ni de reach ou d’insights, mais d’appropriation, d’apprivoisable.

 

Quels contenus ?

Les contenus sont un peu comme les couleurs de chaque saison : elles changent en fonction des humeurs et du contexte. Notez les principales tendances et les contenus qui auront le plus de succès cette année :

3

Comment mesurer ?

Il est important de différencier l’engagement. Être engagé, c’est bien, gérer la façon dont on est engagé auprès de notre audience, c’est mieux.

Content engagement : Mesurer si le contenu fonctionne, likes, shares, comments, retweets. Reach (ah, le voilà !) et shift sur les objectifs business (ah, les insights !)

Brand engagement : Là, on calcule l’engagement social, à peu près comme on mesure une activité de PR. Comment on en parle de votre marque, qui, combien de personnes et s’il y a une réelle conversation autour de votre marque. Quels hashtags sont utilisés par exemple ? De quelle façon parle-t-on de votre marque ? Est-ce positif, neutre, négatif ?

Direct engagement : A plus petite échelle, plus qualitative que quantitative. Un lien direct entre le produit et la marque, comme par exemple créer un nouveau goût pour sa glace Ben & Jerries, participer au design voire au financement d’une nouvelle gamme, une nouvelle marque ou son extension.

4

 

Capture d’écran 2016-05-13 à 10.51.13

 

Salma Haouach

À propos de Salma Haouach

Diplômée de Solvay en 2001, j'alterne depuis 15 ans entre marketeer et publicitaire, de la start-up à la multinationale, en passant par les universités et institutions publiques comme la mairie, de Montréal, Valencia, Casablanca, Bordeaux, Le Havre. Parallèlement, j'ai commencé à blogger il y'a 4 ans environ, un blog de maman accro au shopping avec l'Express Styles. Ce n'est qu'en revenant dans mon plat pays en septembre 2014 que j'ai véritablement embrassé la mission de storyteller : le blogging et le marketing allaient finalement bien ensemble. En démarrant une émission de radio féminine sur Arabel FM, j'apprends à construire mes émissions comme le ferait un rédac chef. Après une mission de Marketing Business Partner pour The House of Marketing chez un top 3 assureur, je décide de rejoindre l'équipe MBP (MediaBrands Publishing) au sein du groupe Mediabrands. Nous créons du contenu pour les marques, certes, mais nous connectons les marques et leur audience au travers de communautés. People stories matter. Avec mon expérience, je comprends que le contexte et la réponse sont des éléments primordiaux dans la réussite de toute stratégie virale. Avec qui vivons-nous et à qui parlons-nous? Ce sont tous ces ingrédients qui me permettent d'avoir ce regard aujourd'hui sur notre business du storytelling.